La déclaration du Ministre Mahamat Allahou Taher à la CMDT-17

Nous publions en intégralité la déclaration de la politique générale du Ministre des Postes et des Nouvelles Technologies de l’Information, M. Mahamat Allahou Taher lors de la plénière de haut niveau. Chaque intervenant n’a pas plus de trois minutes pour sa déclaration. Notre ministre a profité de son de temps de parole pour faire un état des lieux du secteur, évoquer des projets qui sont dans les bacs et ceux qui sont en cours de réalisation et demander la contribution des uns et des autres pour booster les outils TIC avec une accessibilité certaine au profit de la population tchadienne.

Accueil > Dossier de fond > La déclaration du Ministre Mahamat Allahou Taher à la CMDT-17

J’ai l’honneur et le privilège de prendre la parole devant cette auguste assemblée pour vous transmettre les salutations fraternelles du Président de la République du Tchad, Son Excellence Idriss Déby Itno, du Gouvernement et du Peuple tchadien, à son Excellence Monsieur Maurico Macri, Président de la République d’Argentine ainsi qu’au Gouvernement et au Peuple Argentin. Nous voulons également remercier le peuple Argentin pour l’accueil combien fraternel qu’il a réservé à la délégation tchadienne depuis son arrivée sur le sol Argentin.

Le Tchad adresse également ses sincères sentiments d’amitié aux Peuples et aux Gouvernements des Pays présents à cette Conférence Mondiale de développement des télécommunications.

Je vous présente Monsieur le Président, les félicitations de la délégation du Tchad pour votre élection à la Présidence de la Conférence. Connaissant votre dynamisme, je n’en doute pas du succès de cette conférence.

Le Gouvernement du Tchad conscient du rôle catalyseur des Technologies de l’Information et de la Communication dans le développement économique et la promotion du bien-être des populations, s’est donné comme ambition d’assurer le développement du Tchad par les TIC.

 

En effet, le secteur des Technologies de l’information et de la communication est en pleine mutation partout dans le monde. Les services se diversifient, les marchés s’ouvrent à la concurrence, et des perpétuelles restructurations s’opèrent dans le secteur. Notre pays n’est pas du reste dans cette tendance généralisée.

 

Dans « La Vision 2030, le Tchad que nous voulons » qui consacre à la fois, la volonté du Chef de l’Etat de faire du Tchad un pays émergent à l’horizon 2030 et les aspirations légitimes des Tchadiens et des Tchadiennes, déclinée en plan quinquennaux de développement, le développement des TlC est inscrit parmi les actions prioritaires de la stratégie de croissance du pays pour les prochaines décennies.

Cette volonté s’est traduite par la création d’un cadre juridique et réglementaire propice au développement, la réalisation des infrastructures de télécommunications/TIC performantes et fiables et enfin la promotion et la diversification des applications et services par l’introduction de la concurrence.

Une Stratégie de développement des TIC dénommée Plan Tchad Numérique 2017-2021 qui ambitionne de rehausser la contribution du secteur des TIC dans l’économie nationale à deux chiffres d’ici 2021, a été adoptée juin 2017 pour formaliser cette volonté.

En prélude à l’élaboration du Plan Tchad Numérique, une grande réforme du cadre juridique et règlementaire du secteur a été réalisée pour permettre une mise en œuvre efficace dudit plan Cette réforme qui a démarré depuis 2008 a abouti à la promulgation de huit (08) lois, portant sur tout le domaine des TIC à savoir la règlementation et régulation des communications électroniques et des activités postales, la création d’une Agence de développement des TIC, la Cybersécurité et la lutte contre la Cybercriminalité etc.

En effet, face aux difficultés d’accès aux grandes capacités de transmission internationales causées par son enclavement, le Tchad a construit plus 2250 km d’infrastructures large bande en fibres optiques. Entre 2009 et 2011, 800 km de fibre optique ont été construits de Mberé (frontière Camerounaise) à Ndjamena et entre 2014 et 2015, 1482 km de réseaux de transmission en fibre optique ont été réalisés de N’Djamena à Adré pour interconnecter le réseau tchadien aux câbles sous-marins situés le long de la mer rouge à travers le réseau soudanais. Il s’agit à termes, d’aboutir à une grande boucle en fibres optiques qui assurera d’une part l’interconnexion de toutes les régions par des liens haut débit et d’autres part la connexion du pays à plusieurs câbles sous-marins internationaux.

Le réseau d’accès a également connu une avancée avec l’ouverture par les opérateurs de téléphonie mobile des réseaux 3G et 4G. Ces réseaux ont permis d’accroitre les activités dans tous les domaines de la vie, notamment, économique, social, culturel etc. et ainsi contribuer à la réduction de la fracture numérique au sein du pays.

Dans le cadre de la réforme et de la modernisation de l’administration publique, le Gouvernement tchadien a entrepris un vaste programme d’informatisation des différentes structures de l’Etat (Ministères, Gouvernorats, Préfectures, Communes Urbaines, Administrations déconcentrées).

L’objectif de ce projet est entre autres, la mise en place de l’Intranet gouvernemental qui permettra de rendre fluide et efficace les communications intra-administration, les communications entre la population et l’administration et enfin entre les entreprises et l’Etat.

Le gouvernement tchadien entend, à travers ce vaste chantier de numérisation du fonctionnement des Institutions de l’état, assurer la fournir en ligne aux citoyens, aux entreprises et aux partenaires tous les services nécessaires et ainsi aboutir à la dématérialisation de l’ensemble des processus de l’administration.

L’encadrement des jeunes figures aussi parmi les priorités du gouvernement tchadien, car ils constituent inéluctablement des acteurs essentiels pour l’éclosion de l’entreprenariat privé, créateurs de richesses et d’emplois.

Animé par la volonté de contribuer au développement de tout le Continent africain, le gouvernement a initié un projet structurant avec l’accompagnement des Partenaires au développement comme l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), l’Union   Internationale   des   Télécommunications (UIT), L’Union Africaine (UA) et le CAMES. Il s’agit du projet de construction du Centre Africain des Technologies de l’Information (CATI).

Le CATI aura remplir trois (3) missions principales à savoir : incubateur des jeunes, accélérateur de réussite et d’épanouissement des jeunes africains et, révélateur des vraies images de l’Afrique à la face du monde en temps réel, . La Commission   de   l’Union   Africaine   et   les   experts   tchadiens   travaillent en ce moment sur la mise en œuvre du projet. La contribution des autres (Pays et Institutions) serait la bienvenue.

Nous ne pouvons aujourd’hui parler de véritable développement s’il ne touche tout le monde. Car, tant qu’il subsistera un grand nombre de pays moins développés à côté des pays développés, notre monde sera toujours déséquilibré : L’évolution des uns sera freinée par le retard des autres.

Seule la coopération internationale souvent prônée dans les grandes assises pourrait conduire à un développement global. Malheureusement, ces bonnes intentions se volatilisent avec les discours de clôture de ces assises. Nous saluons au passage l’UIT et l’UA qui se démènent, contre vents et marées pour tenir la flamme toujours allumée.

La Conférence doit déboucher sur des modalités pratiques d’accélération du développement des télécommunications/TIC de manière à rendre le large bande accessible à tous et partout afin d’améliorer en tout point de vue, la vie quotidienne des habitants de la planète. Des lignes directrices bien claires doivent être définies en vue d’aider les gouvernements à créer un environnement propice qui puisse inciter le secteur privé à investir dans la construction d’infrastructures des télécommunications/TIC et dans la fourniture de services.

Nous devons également mesurer le chemin parcouru en termes de développement des télécommunications et TIC impulsé depuis la dernière Conférence Mondiale de Développement des Télécommunications CMDT-14, identifier les obstacles, mettre en place les moyens de les enrayer pour asseoir une stratégie gagnante pour les quatre prochaines années.

En réitérant notre attachement à la solidarité agissante au sein de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), je formule le vœu de plein succès à la Conférence Mondiale de Développement des Télécommunications édition 2017.

Vive le développement des télécommunications et des Technologies de l’Information et de la Communication, pour que naisse une société de l’information ouverte et inclusive.

Déclaration faite le 09 octobre 2017 à Buenos Aires

Partager sur
Nombre d'abonnés mobile
En savoir plus
Trimestriel
déc.14 : 5251560
mars.15 : 5548729
juin.15 : 5611460
sept.15 : 5401106
déc.15 : 5465797
BULLETIN D'INFORMATION
Veille technologique
Abonnez-vous au bulletin d'informations de l'ARCEP
02.10.2017
Le ministre Mahamat Allahou Taher conduira d'ici jeudi une mission composée du staff de son département et les représentants de l'ARCEP et de l'ADETIC à la grande rencontre de la CMDT-17 qui se tiendra du 9 au 20 octobre 2017 en Argentine.
13.09.2017
L’ARCEP audite la qualité de service des réseaux des opérateurs de la téléphonie mobile (Airtel, Tigo et Salam) du 12 septembre au 12 octobre 2017 et ceci sur l’ensemble du territoire national.
22.08.2017
La 15ème réunion annuelle du réseau FRATEL se tiendra à Bruxelles les 23 et 24 novembre 2017 sur « Quels impacts du nouvel écosystème numérique sur le marché des communications électroniques et sur les autres secteurs d’activité ? ».
24.07.2017
Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Roi du Maroc, a nommé, le 25 juin 2017, à la suite d’un Conseil des Ministres, M. Az-El-Arabe HASSIBI (dg@anrt.ma ; +212 537 718 601) en tant que DG de l'Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications (ANRT).