Passation de service à l’ARCEP Royoumbaye Nandoumngar remplace Mahamat Zène Bada Abbas

Accueil > Actualités > Passation de service à l’ARCEP Royoumbaye Nandoumngar remplace Mahamat Zène Bada Abbas
Le Ministre au milieu, à sa gauche le président sortant et à sa droite le président entrant.

Nommé Président du Conseil de régulation de l’Autorité de régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) le 25 mai 2017, Royoumbaye Nandoumngar a été installé dans ses fonctions le 29 du même mois suite à la passation de service qui s’est tenue dans la salle des réuions de l’ARCEP. La cérémonie a été présidée par le Ministre des Postes et des Nouvelles Technologies de l’Information, Mahamat Allahou Taher et a vu la participation des proches collaborateurs du ministre, de l’équipe dirigeante de l’ARCEP et quelques chefs de service.

D’entrée de jeu, le Ministre a rappelé que l’ARCEP est une entité sous tutelle. « Le rôle et le fonctionnement de l’ARCEP jusque là sont transparents », dixit le Ministre. Il a profité pour saluer les efforts consentis par le président sortant. Après, il a fait la lecture du décret et a, ensuite, installé dans ses fonctions le nouveau Président du Conseil de régulation. En écoutant le Ministre, cette nomination s’inscrit dans une logique de mobilité qui caractérise l’administration et non par insuffisance de compétences du sortant.

En prenant la parole, Mahamat Zène Bada Abbas, comme pour faire ses adieux à l’institution, a fait un résumé succinct de son mandat d’un an, qu’il a jugé satisfaisant. Toutefois, il reconnait qu’il reste toujours de pressants défis auxquels il serait judicieux que le président entrant porte une attention particulière afin que l’ARCEP puisse occuper la place qui lui revient dans le secteur des Télécoms et des Postes.

Quant au président entrant, Royoumbaye Nandoumngar, dans son message adressé aux premiers responsables du ministère et à l’assistance, reconnait que de lourdes tâches l’attendent à ce poste et s’engage à travailler main dans main avec les membres du Conseil de Régulation et le staff de l’ARCEP pour accomplir la mission pour laquelle les hautes autorités lui ont assigné. Toujours pour réussir sa mission, le successeur de Zène Bada opte pour un management participatif. Il compte rencontrer, dans les jours qui suivent, individuellement les agents pour comprendre leurs vœux et sollicitations.

A son prédécesseur, il a salué le travail abattu durant son mandat, et à qui, il aura recours pour des conseils avisés afin de mener à bien son travail dans le domaine de la régulation des communications électroniques et des activités postales.

En rappel, Royoumbaye Nandoumngar a occupé, il n’y a pas longtemps les fonctions du Président de la CENI. Par le passé, il fut le Directeur Général au Secrétariat Général du Gouvernement. Il a été l’un des cadres que l’État a détaché au Centre d’Étude et de Formation pour le Développement (Cefod).

Dipombé Payébé

Partager sur
Nombre d'abonnés mobile
En savoir plus
Trimestriel
déc.14 : 5251560
mars.15 : 5548729
juin.15 : 5611460
sept.15 : 5401106
déc.15 : 5465797
BULLETIN D'INFORMATION
Veille technologique
Abonnez-vous au bulletin d'informations de l'ARCEP
29.05.2018
Les régulateurs télécoms de l’Afrique centrale ont décidé, lors de la réunion tenue à Yaoundé le 24 mai 2018, de relancer les activités de l’ARTAC. La Guinée équatoriale est retenue pour abriter l’assemblée générale les 06 et 07 août 2018 à Malabo.
24.05.2018
Après avoir suspendu les missions en mars dernier, la Ministre vient d’ordonner les cadres de son département à se rendre du 22 au 26 mai à Yaoundé pour participer à la conférence sous régionale sur l’économie numérique pour l’Afrique centrale.
10.01.2018
Les redevances perçues sur les chiffres d’affaires des opérateurs de la téléphonie mobile sont plafonnés à un taux de 9% et repartis comme suit : Trésor public (4%), l’ARCEP (2,5%), l’ADETIC (1,5%), l’ENASTIC (0,6%) et l’ANSCIE (0,4%).
26.12.2017
M. Mahamat Allahou Taher cède son fauteuil à Mme Madeleine Alingué. Comme nouveauté, le MPNTI est fusionné à celui de la Communication. Mme Madeleine demeure toujours la Porte Parole du Gouvernement.