Tchad : la téléphonie mobile a impacté l’économie tchadienne

Accueil > Actualités > Tchad : la téléphonie mobile a impacté l’économie tchadienne
La photo de famille prise après la cérémonie d’ouverture du forum (source : ATPE)

Deux jours à l’hôtel Hilton à N’Djaména, du 14 au 15 mars 2017, il s’est tenu un forum sur le thème : «Contribution des acteurs de la téléphonie mobile dans l’économie tchadienne», sous les auspices du Ministère des Postes et des Nouvelles Technologies de l’Information en collaboration avec les opérateurs Tigo et Airtel.

En effet, le but visé par la tenue de ce forum est de démontrer chiffre à l’appui l’impact des activités des opérateurs de la téléphonie sur l’économie nationale dans les domaines comme emploi, investissements et taxes et impôts.

L’ouverture du forum a été officiée par le ministre lui-même. Dans son discours, le ministre Mahamat Allahou Taher a tracé le canevas et a suggéré quelques attentes. « La tenue de ce forum vous permettra de mener des échanges fructueux entres les acteurs de la téléphonie mobile et les consommateurs d’une part et les institutions d’autre part. Mes attentes et de mettre en évidence la contribution de notre secteur dans l’économie nationale, contribuer à lancer une nouvelle dynamique entre les opérateurs et institutions dans les différents domaines de télécoms et Tic et surtout faciliter les mises en relation entre toutes parties prenantes.»

Après la cérémonie d’ouverture, un présidium a été mis sur pied, présidé par M. Danki Kodo, Assistant Conseiller à la Primature, pour piloter les travaux du forum. Trois présentations au premier jour et cinq autres au second jour.

Les présentateurs ont fait des exposés sur des thèmes variés mais toujours en rapport avec le thème central qu’est « La contribution des acteurs de la téléphonie mobile dans l’économie tchadienne ».

Le forum a enregistré les présentations venant des structures suivantes :

  • Ministère des Postes des Nouvelles Technologies de l’Information
  • Sotel-Tchad
  • Chambre de Commerce
  • Airtel
  • Tigo
  • Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP)
  • Association des Consommateurs (ADC)
  • Agence Nationale des investissements et des Explorations (ANIE)

Les présentateurs n’ont pas tous répondu. L’absence la plus remarquable a été celle de la Direction des Impôts qui devrait faire un état des lieux sur la politique fiscale en rapport avec le développement des TICs. Sa présentation allait éclairer les participants par rapport à la taxe d’accise ou droit d’accise, selon les dires des opérateurs, a amené leurs clients, plus particulièrement les petits consommateurs, à revoir leur consommation à la baisse ce qui constitue un manque à gagner énorme pour eux.

Malgré que les acteurs de la téléphonie mobile ploient sur les différentes taxes, on a remarqué qu’à travers les différents exposés leurs apports dans l’économie nationale ne sont pas négligeables.

  • La téléphonie mobile s’impose, de nos jours, comme un outil efficace et performant pour le transfert d’argent ;
  • L’emploi direct se chiffre à plus de 1000 et indirect à plus de 50.000 ;
  • Les investissements et les œuvres sociales sont estimés à des centaines des milliards de francs CFA ;
  • Des recettes fiscales générées par la téléphonie mobile s’élèvent aussi à des centaines des milliards de nos francs.

A la clôture du forum, le représentant du ministre, Haroun Badaoui, Inspecteur général du Ministère, a souligné dans son discours que : « Le Gouvernement est conscient des enjeux que constituent les TICs pour son économie. C’est pourquoi, nous sommes convaincus du rôle fondamental du secteur privé et par conséquent, l’Etat prendra toutes les dispositions utiles pour accompagner les partenaires privés à s’épanouir pour arriver à contribuer efficacement à la consolidation de l’économie nationale. »

A la fin de son allocution, le représentant du ministre a fait une mention spéciale aux opérateurs de la téléphonie en reconnaissant clairement le rôle qu’ils jouent dans le développement des TICs au Tchad. Et il promet que le ministère sera à leurs côtés et fera le plaidoyer afin qu’ils arrivent à surmonter les difficultés inhérentes à leurs activités.

Les deux jours de forum ont pu démontrer que la téléphonie mobile a eu des effets positifs sur la croissance économique au Tchad.

Dipombé Payébé

Les recommandations issues du forum

  1. Au Gouvernement
  • Réviser à la baisse le taux de droit d’accise ;
  • Alléger les droits et taxes douaniers qui frappent le secteur de télécommunications (terminaux, équipements solaires, etc.) ;
  • Rendre effective l’utilisation du Fonds du Service Universel pour couvrir les localités et axes routiers commercialement non rentables ;
  • Supprimer la double taxation sur les pylônes (contribution foncière et taxe communale sur les pylônes) et l’encadrement des taxes communales ;
  • Supprimer les taxes sur les appels internationaux entrants ;
  • Mettre en place de la fibre optique conformément aux normes sous régionales
  • Orienter de manière rationnelle et équitable les investissements de l’ADETIC vers des projets pertinents au bénéfice des consommateurs
  • Accélérer le démarrage de l’Ecole nationale supérieure de TICs pour former et renforcer le secteur en ressources humaines ;
  • Impliquer les associations de consommateurs au Conseil de régulation de l’ARCEP
  • Organiser une rencontre de haut niveau dans le cadre du dialogue Etat-Secteur privé (Primature, CCIAMA, CNPT) sur l’impact de la fiscalité sur l’économie nationale et particulièrement dans le secteur de la téléphonie mobile pour ne pas compromettre le potentiel des services TIC à valeur ajoutée ;
  • Mettre en place un comité mixte pour le suivi de ces recommandations.
  1. Au Régulateur
  • Renforcer la lutte contre la pénétration du réseau des opérateurs camerounais dans le territoire tchadien ;
  • Transformer les pénalités sur la Qualité de Service en investissement dans le secteur ;
  • Rendre effective l’utilisation du Fonds du Service Universel pour couvrir les localités et axes routiers commercialement non rentables ;
  • Révision des obligations de couverture des zones commercialement non rentables ;
  • Application stricte des procédures dans l’application des sanctions.
  1. Aux opérateurs :
  • Investir davantage dans l’amélioration de la qualité de services offerts aux consommateurs ;
  • Aider le gouvernement à identifier les véritables obstacles au développement des Tic au Tchad ;
  • Multiplier les cadres d’échanges et de concertation avec les différentes parties prenantes en rapport avec les TICs.

 

Partager sur
Nombre d'abonnés mobile
En savoir plus
Trimestriel
déc.14 : 5251560
mars.15 : 5548729
juin.15 : 5611460
sept.15 : 5401106
déc.15 : 5465797
BULLETIN D'INFORMATION
Veille technologique
Abonnez-vous au bulletin d'informations de l'ARCEP
13.09.2017
L’ARCEP audite la qualité de service des réseaux des opérateurs de la téléphonie mobile (Airtel, Tigo et Salam) du 12 septembre au 12 octobre 2017 et ceci sur l’ensemble du territoire national.
22.08.2017
La 15ème réunion annuelle du réseau FRATEL se tiendra à Bruxelles les 23 et 24 novembre 2017 sur « Quels impacts du nouvel écosystème numérique sur le marché des communications électroniques et sur les autres secteurs d’activité ? ».
24.07.2017
Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Roi du Maroc, a nommé, le 25 juin 2017, à la suite d’un Conseil des Ministres, M. Az-El-Arabe HASSIBI (dg@anrt.ma ; +212 537 718 601) en tant que DG de l'Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications (ANRT).
17.07.2017
La prochaine Conférence mondiale de développement des télécommunications (CMDT-17) se tiendra à Buenos Aires (Argentine) du 9 au 20 octobre 2017, suite à l’aimable invitation du Gouvernement argentin.